Restauration du château de Lamorlaye

La Ville de Lamorlaye a acquis récemment le site du château, situé sur le territoire communal. Le programme d'aménagement comporte la création de salles de réception et d'espaces d'exposition destinées à promouvoir l'activité socio-économique et culturelle de la commune ainsi que la création d'un ensemble de locaux destinés à la vie associative de la ville.

Cette restauration permettra à la collectivité de se doter d'un outil de travail adapté et évolutif et de répondre aux attentes d'une large diversité d'usagers potentiels tout en favorisant la préservation et la valorisation du patrimoine historique implanté sur son territoire.

Il est certain que le château a été construit en plusieurs campagnes. On peut distinguer quatre entités : le corps principal de l'aile nord, l'extrémité de l'aile nord plus petite volumétriquement et possédant des niveaux de plancher différents du reste de l'édifice, l'aile sud et enfin la cage d'escalier centrale.

Les vestiges de fûts de colonnes et de bases encore visibles dans les caves témoignent d'une construction antérieure sur laquelle l'édifice actuel est venu s'appuyer.

L'aile nord semble la plus ancienne et date vraisemblablement de 1838. Sans documents historiques précis, il est difficile de déterminer la part de l'édifice attribuée à l'architecte Paul-Ernest Sanson et vraisemblablement construite entre 1872 et 1878. Si l'escalier central fait peu de doute sur cette paternité, témoin du goût de cet architecte pour les escaliers d'apparat, il est plus difficile, sans une analyse plus poussée du bâti et des documents historiques de délimiter clairement son intervention.

Il est toutefois évident que l'aile sud, possédant des planchers formés de voûtains en brique et profils métalliques AO, sont très différents des planchers bois de l'aile nord. Il est donc très probable que tout ou partie de l'aile sud provient de la même campagne de construction que la cage d'escalier centrale.

On peut donc maintenir l'idée que Paul-Ernest Sanson a réinterprété l'ensemble des façades et contribué à donner à l'édifice son homogénéité actuelle. L'aile sud étant d'une facture plus travaillée : ses pinacles et ses cheminées conférant à l'édifice cet esprit néo-renaissance.

Les vestiges conservés des intérieurs à rez-de-cour sont de facture assez inégale. Là encore, on peut distinguer trois parties :

L'aile nord est constituée de décors assez élémentaires de faux lambris assez mal proportionnés. Les éléments menuisés, les portes et leurs ébrasements seront restaurés. Les faux lambris d'appui seront retraités.

Le corps central avec ses mosaïques au sol et ses décors de pierre à l'ordonnancement néo-classique, ainsi que l'escalier d'apparat seront mis en valeur.

La partie sud plus raffinée, aux lambris d'appui et montants lambrissés seront également restaurés.

Lieu : Lamorlaye, Oise

Maîtrise d’ouvrage : Ville de lamorlaye

Maîtrise d’œuvre : Daniel Cléris et Jean-Michel Daubourg architectes mandataires, BMI : BET structure, Choulet : BET fluides, électricité, HQE, SSI, General Acoustics : BET acoustique, SEREB Concept : économiste.

Programme : Salles de cérémonies, salles d'exposition permanente et école de musique

Surfaces : 1 650 m² SHON réhabilitation

Coût : 5,18 M€ travaux

Livraison : chantier 2014-2015